27/01/2009

Une gourmandise

 

« Plus tard, malgré ces amours anciennes et jamais trahies, mes goûts se sont portés vers d’autres contrées culinaires et à l’amour du ragoût est venu se superposer, avec le délice supplémentaire que procure la certitude de son propre éclectisme, l’appel pressant des saveurs dépuillées. La finesse de la caresse du premier sushi sur le palais n’a plus de secret pour moi ; et je bénis le jour où j’ai découvert sur ma langue le velouté enivrant et presque érotique de l’huître qui suit une brisure de pain au beurre salé. J’en ai décortiqué avec tant de finesse et de brio la délicatesse magique que la bouchée divine en est devenue pour tous un acte religieux. Entre ces deux extrêmes, entre la richesse chaleureuse de la daube et l’épure cristalline du coquillage, j’ai parcouru tout le spectre de l’art culinaire, en esthète encyclopédique toujours en avance d’un plat – mais toujours en retard d’un cœur. »


Une gourmandise, de Muriel Barbery chez Gallimard.

10:31 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |